Accueil

Les craintes du déstockage
Pour les entreprises le déstockage peut être synonyme de crainte. La crainte du regard des autres entreprises et du grand publics ou encore la crainte d’acheter des produits de moindre qualité. Or pour les entreprises le déstockage ne signifie pas nécessaire que l’image de marque va en souffrir étant donné que ce sont des professionnels qui s’occupent de liquider les stocks et non l’entreprise elle-même quant aux produits ils sont identiques à ceux que l’on retrouve sur le marché habituel.

Conserver une image de marque
Pour les entreprises il est important de garder une certaine image de marque. Or dès lors qu’une entreprise se voie obligée de jeter des stocks ou de les liquider à des prix cassés cela peut altérer leur image de marque. Le déstockage permet aux entreprises de liquider leurs stocks de manière plus discrète de manière à ce que personne ne puisse associer l’image de la marque avec les produits déstockés.

Une nouvelle tendance
Le déstockage est de plus en plus utilisé pour se délester des surplus de stocks, fins de stocks et stocks d’invendus. Même les entreprises de grandes marques commencent à se tourner vers le déstockage pour liquider les stocks qui ne les intéressent plus. Le déstockage permet à beaucoup d’entreprises d’acheter des stocks de marchandises bien moins cher que sur le marché tandis qu’il permet à d’autre de tirer profit d’un surplus de stocks ou d’une fin de stocks.

Une seconde vie pour les invendus
Les entreprises présentent sur le marché se retrouvent souvent au cours de leur activité avec une certaine quantité de stocks invendus. Une des solutions pour ces entreprises de liquider des stocks invendus est de profiter de la période de soldes où elles ont l’autorisation de vendre à perte. Cependant hors période de solde, la solution la plus simple pour les entreprises de déstocker leurs produits reste le déstockage. Un bon moyen de faire un petit profit et de liquider ce surplus de marchandises.

Qualité, marque et petit prix
Quand on parle de déstockage on parle effectivement de produits déstockés. Ces produits sont souvent des produits provenant de surstocks, stocks invendus, faillites, liquidations, etc… Mais ce n’est pas tout. La plupart des produits déstockés sont des produits de marque et de qualité. La particularité de ces produits, c’est que contrairement au marché habituel, ils sont disponibles à des prix vraiment attractifs ce qui fait du déstockage une réelle opportunité.

Les produits alimentaires n°1 du déstockage
Les produits alimentaires déstockés ne signifient pas qu’ils sont de moindre qualité. Les produits conservent la même qualité que tout autre produit alimentaire identique sur le marché à la différence près que son prix se situe très en dessous du prix exercé sur le marché. Une grande partie des produits déstockés sont des produits alimentaires. Ce type de déstockage est bénéfique à la fois aux consommateurs qui réalisent moins de dépenses dans des produits de qualité et les entreprises qui écoulent leurs stocks avant qu’ils ne soient perdus.

Le futur du déstockage
Si les entreprises se projettent dans le futur il est forcément question à un moment ou un autre du développement de l’entreprise le respect de l’environnement. Étant donné l’état de plus en plus préoccupant de l’environnement les entreprises se voient obligées dans tenir compte. Or le déstockage permet d’éviter un grand nombre de pertes en ce qui concerne des stocks invendus ou oubliés par l’entreprise au fin fond d’un entrepôt. Faire du « recyclage » avec du neuf et ne plus jeter pour revendre, ça c’est le futur.

La fin des fins de stocks
Les entreprises se retrouvent souvent en possession de fin de stocks et cela leurs coûtent une certaine somme plus ou moins importante étant donné l’existence de stocks encore présents dans l’entreprise. Cependant, une nouvelle porte est ouverte aux entreprises avec le déstockage. Le déstockage leur permet de se délester de leurs fins de stocks et ainsi de gagner de l’argent et de l’espace et d’offrir à d’autres des palettes de produits à des prix vraiment très abordables permettant de réaliser plus de marge ou de bénéfice.

Le déstockage plutôt que le gaspillage
Aujourd’hui plus que jamais le déstockage représente un moyen de commercer qu’il faut privilégier. Car s’il permet aux entreprises de trouver des stocks de produits en quantité et de qualité à des prix très raisonnables, il représente également une opportunité à exploiter afin d’éviter le gaspillage. Alors quitte à jeter des stocks autant saisir l’opportunité d’en tirer profit en faisant appel à des sociétés de déstockage et contribuer à un commerce bénéfique pour toutes les entreprises qu’elles soient vendeuses ou acheteuses.

Une solution à étudier : le déstockage d’invendus
Un article qui aurait dû faire un carton mais qui, au final, s’est vu boudé par les consommateurs ? Une production surpassant les réels besoins ? Une commande annulée au dernier moment ? Autant de causes capables de mettre les entreprises dans des situations délicates, voire même catastrophiques. Le déstockage d’invendus peut venir solutionner en grande partie les attentes de tous. Coté entreprise, ce sera là une chance d’écouler des stocks devenus financièrement lourds. Coté acheteur, ce sont de superbes affaires qui se profilent.

Oser le déstockage de surplus : un véritable atout financier
Il arrive parfois que, malgré les multiples opérations promotionnelles de lancement et les soldes annuelles, de nombreux lots soient encore en attente de trouver leur acquéreur. En passant par des professionnels du déstockage de surplus, il est désormais possible d’ouvrir son marché à une toute nouvelle clientèle qui, jusqu’à lors, n’avait pu accéder à ces articles dont les prix de vente dépassaient leurs budgets. Une manne tout aussi intéressante pour les vendeurs que pour les clients, puisque chacun y trouvera un réel intérêt.

Pepsi, la marque rivale
C’est bien sûr vers les traces de Coca que Pepsi a planté ses jalons. Lancée dans les mêmes années de fin du 19ème siècle, ce qui se basait plus sur les potions que la boisson, au départ, brille par son aspect dégustation. Très proche du goût de son rival, cette marque reste toujours derrière pour les consommateurs, tout en jouissant, cependant, de belles parts de marché. Elle se permet même quelques innovations comme le Pepsi Blue ou le packaging rose au ciblage féminin pour le Pepsi light.

Pampers, une enveloppe de douceur
Véritable innovation à destination des foyers, et plus encore des bébés, la couche jetable Pampers imaginée par Victor Mills, chez Procter & Gamble dans les années 50, est aujourd’hui un produit dont les familles ne sauraient se passer. De la naissance à l’apprentissage de la propreté, les tout-petits bénéficient de produits tout spécialement étudiés pour leur apporter un maximum de confort tout en les protégeant des fuites. Mais la marque propose aussi une gamme de lingettes pour bébés et pour jeunes enfants.

Sprite, la limonade acidulée
En 1971, Coca Cola décida de lancer une limonade aux extraits de citron. C’est ainsi qu’apparut Sprite, le grand concurrent de 7 Up qui appartient à Pepsi. La boisson se place sur le marché du rafraîchissement avec ce soda gazéifié aux arômes naturels qui ne contient pas de conservateurs ajoutés. Avec son message de liberté, de préservation de la planète, les intentions sont claires, viser une clientèle qui se veut responsable. Un goût frais et acidulé fait pour plaire. A noter le Sprite 0 sans sucre et sans calories.

Les déstockeurs ouvrent de nouveaux marchés pour les surplus
Estimer une fabrication, la difficulté est réelle. Comment savoir si le consommateur va se ruer sur une nouvelle référence, comme sur la précédente ou, au contraire, lâcher la marque pour aller vers une société concurrente. Même les meilleures études de marché peuvent, parfois, déboucher sur des estimations fausses. Il ne reste alors, à l’entreprise, qu’à brader son produit en espérant le vendre plus facilement à ses distributeurs, ou, et c’est souvent préférable, se diriger vers un nouveau marché comme le propose le déstockage de surplus. Les déstockeurs sont alors une belle force de proposition.

Le déstockage permet aussi de réajuster les prix

Le prix ne se justifie pas toujours par la valeur réelle d’un produit. Il exprime, aussi, le caractère novateur d’un article et pénalise, trop souvent, le consommateur. Avec une conséquence évidente : passé, souvent, le délai de la nouveauté, qui peut parfois se chiffrer en seulement quelques jours mais, plus généralement, en quelques semaines ou quelques mois, le prix de ces articles chute dangereusement, la publicité les annonçant disparaît et la clientèle s’amenuise.

Des articles d’une série précédente

Mais cette clientèle en perte de vitesse n’est que la conséquence de la fin de toute campagne publicitaire. Aussi, pour écouler ses stocks, faut-il se mettre en quête de nouveaux débouchés. Le déstockage, avec sa clientèle bien à lui, son réseau personnel et ses prix offrant une seconde jeunesse, peut permettre de relancer une commercialisation défaillante. Ainsi, ce qui fut, encore récemment, un produit phare, mais trop rapidement abandonné pour laisser place à d’autres nouveautés, à des fonctionnalités toujours plus à la pointe – même si elles ne sont, souvent, même pas utilisées – va renaître de son fond de palette pour s’ouvrir à de nouveaux débouchés, au prix plus approprié. Un prix qui va relancer efficacement la vente et se mettre à le portée de portefeuilles moins garnis ou moins adeptes de l’extrême nouveauté.

Des marchandises au défaut sans conséquence

Et si cet article, toujours à la mode, a dû se voir écarté de la commercialisation pour un emballage détérioré ou pour un léger défaut caché qui ne prêtera même pas à conséquence, il pourra aussi se sauver de la mise au rebut totale par le déstockage. Ce n’est pas là, une solution du désespoir mais, au contraire, l’espoir de voir chacun y trouver son compte : concepteur, intermédiaire et consommateur final.